Il y a bien sur le taureau, la force animale, symbole d’une culture landaise, basque ou espagnole, préparé « in fine » pour sa dernière épreuve. L’affrontement est inégal, il est construit pour magnifier l’homme, dans un climat où l'incertitude du comportement puissant et sanglant de l'animal règne. « El Toro » peut être le symbole de bravoure, d’injustice, d’oppression, mais il tiendra tête, queue, oreilles et cornes, jusqu’à l’impuissance physique : la mort magnifiée par le torero.

Nous y trouvons aussi la notion de spectateurs, essentiel face à la mise en scène d’un spectacle, d’une performance, d’un combat, contre soi même, contre l’autre, le tout régit par le jugement initié d’un tiers : le public, qui souhaite indirectement être parti prenante de la performance.

Et surtout, et c’est ce qui nous parle le plus en tant que coach, il y a l’arène. Cette enceinte, circulairement cadrée, ou émerge dans un moment et un espace délimité, une réalité, une performance, une tragédie. L’arène est ce qui donne du sens à une action, une émotion, une problématique, car elle implique à la fois l’histoire, le passé, le présent et le futur. Le tout à travers le regard et l’appréciation d’autres hommes. L’arène est le territoire ou l’on existe en tant que sujet, entre la performance et l’échec, la vie et la mort, le plaisir et l’angoisse. Quel que soit son rôle, celui d’acteur, celui d’opposant, celui de spectateur, il faut se référer à l’arène pour pouvoir critiquer, aimer, agir sur soi, les autres, la société.

Julie, à travers l'encadrement de son art, nous invite à questionner le sens de nos actes, le rôle des autres, et notre tentative de colorer nos émotions, notre identité. Bravo l'artiste!

Nous vous invitons donc à méditer les créations de Julie Foulquier, que vous pouvez acheter sur la web gallerie d'Offensive Studio

bureau 7 bureau 3 Bureau 6 bureau 4